Shannon : avant tout un drame humain

Les Irlandais de Shannon sont un modèle d’intégration d’une communauté immigrante. Au fil des années, ils ont su vivre en très bons termes avec leurs voisins malgré la barrière de la langue. Propriétaires d’un immense territoire au départ, ils en ont été délestés au fil des expropriations fédérales liées à la base militaire Valcartier, à son centre de recherche et à l’usine de fabrication de munitions. Dans un désir de conserver un minimum de vie communautaire ils se sont regroupés dans le Shannon actuel. Ce lieu de résidence forcé avait le malheur d’être situé près de l’usine de munitions. Suite au déversement de TCE contaminant l’eau, ils ont été victimes d’une prolifération de cancers, de deux à quatre fois supérieurs à une population comparable selon la variété des cancers.

Dans le but de protester, ils ont intenté un recours collectif. Le gouvernement fédéral visé ne lésine pas sur les moyens de se défendre. Il exige que les plaignants fassent la preuve du lien entre les TCE et les cancers, malgré des faits qui parlent d’eux-mêmes. Le Fédéral se présente avec treize avocats contre un et autant d’experts pour contredire la preuve avancée. Il est déjà difficile de comprendre qu’un gouvernement s’en prenne à ses propres citoyens après les avoir mis lui-même dans cette situation, mais de là à utiliser la force d’un Goliath contre un David il y a des limites. Pour l’instant, nous assistons à un déluge de chiffres d’experts, autant suivre un procès en chinois. Selon les témoignages recueillis le juge Bernard Godbout fait un excellent travail.

Ayant connu une grande partie des cancéreux décédés ou survivants, j’aimerais rappeler que chaque cas de cancer est avant tout un drame humain pour l’individu et ses proches. De plus, si chaque mort équivaut selon une image populaire à la disparition d’une bibliothèque, il faut voir toute l’ampleur de la perte. Au plan de la qualité des personnes concernées, ayant fréquenté plusieurs de ces victimes je vous assure que le Québec a perdu des citoyens de qualité.

Bonne Saint-Patrick à tous.

John White, Québec

1 pensée sur “Shannon : avant tout un drame humain”

  1. J’inviterais les membres de ce gouvernement à boire et faire boire à leur famille cette eau «supposément non contaminée» , pendant plusieurs semaines. Peuvent-ils se mettre à notre place ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *