Un plan pour tuer des profs, pourquoi?

Une mère se plaint que ses filles ne lui donnent  aucun signe de vie depuis quatre ans, même sa fille qui a eu un enfant ne lui adresse pas la parole et ne lui a jamais permis de voir le nouveau né. Pourtant, cette mère est persuadée  à juste titre d’avoir été une bonne mère.  Les étudiants qui planifiaient le meurtre de leurs  professeurs manquaient de gratitude à leur égard . Dans le même ordre d’idées, il n’est pas rare d’entendre des enfants affirmer qu’ils n’ont pas demandé d’être mis au monde. Le nombre de parents qui vivent un manque de reconnaissance augmente. L’ingratitude a toujours existée, ses causes sont connues, mais une question reste : pourquoi y en a-t-il tant aujourd’hui?

Par exemple, pour avoir de la reconnaissance envers ses parents, il faut être persuadé de trois choses : qu’ils nous ont fait du bien; que cela leur a demandé des effort; que ce qu’ils nous ont apporté, ils l’ont fait pour nous et non pour eux-mêmes. La plupart des parents diraient que le soin qu’ils ont mis à élever leurs enfants remplit  sans l’ombre d’un doute ces trois conditions. Alors pourquoi l’ingratitude?

Il s’est produit un changement dans la société depuis quelques décennies. Au plan des idées, il est de plus en plus accepté que chacun a droit à ce qu’il pense.  Personne ne peut prétendre avoir la vérité. Même si des idées se contredisent, elles ont autant de valeur, il faut respecter ce que chacun pense. C’est ce qu’il est convenu d’appeler le relativisme. Les nouvelles générations baignent dans cette façon de voir depuis l’enfance et l’ont adoptée.

Cette façon de penser a des conséquences sur la vie familiale. Ainsi, les enfants auront tendance à raisonner ainsi : vous croyez chers parents que votre façon de faire est la bonne façon d’élever ses enfants, alors qu’elle n’est qu’une méthode parmi d’autres. Ils ont entendu des personnes respectables défendre une conception de l’éducation à l’opposé de celle que vous préconisez.  Ils se demanderont même comment vous pouvez être aussi certains d’avoir fait les bonnes choses? En prenant connaissance des lacunes de leur personnalité et de leurs problèmes personnels ils se diront qu’ils viennent en droite ligne de la façon suivant laquelle ils ont été éduqués.

Par la suite, ils se diront que si vous avez eu des enfants c’est parce que vous en vouliez. Selon vos propres paroles vous aimiez prendre soin de vos enfants, ils seront tentés de croire que cela ne vous a pas demandé beaucoup d’efforts.

Pour les adeptes du relativisme toutes les idées se valent : avoir une famille, ne pas en avoir. Chacun fait ses choix à partir de ses préférences. Ils seront donc portés à penser que les parents se persuadent d’agir pour le bien de leurs enfants, alors qu’au fond ils cherchent avant tout à satisfaire leurs propres besoins (ici le besoin d’avoir un enfant). Cela étant pourquoi devraient-ils avoir de la reconnaissance?

Je suis en désaccord avec le relativisme. Les parents méritent plus de gratitude, ne serait-ce que pour le don de la vie. Il y a une coupure profonde entre ceux qui pensent qu’il existe des vérités et des choses bonnes pour tout le monde et ceux qui affirment que tout est relatif. Le déficit de reconnaissance que vivent de nombreux parents et professeurs  est une conséquence directe de ce changement survenu dans le monde de la pensée. Faites le même raisonnement  pour le respect envers es professeurs.

John White, Québec

4 pensées sur “Un plan pour tuer des profs, pourquoi?”

  1. Est-ce un plan pour tuer les prof . ou pour tuer les parents de ceux qui pensent comme ça ???
    Étant une grand-maman en requête légale pour avoir le droit de voir ou revoir ses petits-enfants , je trouve que c’est rendu très grave de voir nos enfants adopter un tel mode de pensées .
    Il semble qu’avoir éduqué ses enfants avec AMOUR et au meilleur de sa connaissance ne suffit plus de nos jours .
    Qu’est-ce que ça prend de plus ???
    Nos enfants réussiront-ils mieux que nous en rejetant tous les blâmes sur ceux qui leur ont donné la vie ??? L’avenir le dira….

    1. Chère Suzanne G.,
      Je pense que vous n’avez pas tort…mais aux fond si ces enfants en question, si ils savent se remettre en cause je pense qu’ils seront reconnaitre le tort qu’ils ont eu. Après tout, l’amour, ils le ressentent pour leurs parents…
      Parfois, il est difficile de savoir dem

  2. Parfois, il est difficile de savoir demander pardon.
    Ces enfants peuvent ce corriger en grandissant!
    Il faut juste savoir accorder du temps…
    PS: On sait que si on n’aime nos parents, c’est pas pour rien qu’ils nous ont mit au monde. Ils nous aiment! La révolte face aux parents peut être un cris de révolte contre eux même (les enfants)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *